Share |

Litterature

Élève renard sur sa croupe accroupi,

Tenait dans sa gueule un bagel.

Élève corbeau par la pâte appâté,

Lui tint ce verbiage en aparté:

C'est s'aventurer dans les territoires de l'inconscient. C'est aller chercher les souvenirs du corps et tenter de reconstruire un récit dont on ne peut jamais savoir s’il est réel.

Au hasard de mes lectures, si hasard il y a, je suis tombée sur Marrakech, le départ, livre très autobiographique. S’il semblerait que Daniel Sibony se profile derrière son personnage Haim Bouzaglo, son alter ego, il serait plus juste de dire qu’il joue avec son vécu et même celui de sa femme.

Le Camera sera cree en 1938 par mon pere Antoine afin de se demarquer d'une famille issue de 3 mariages differents. En creant sa propre salle, il allait avec l'aide d'un jeune et talentueux architecte , Edouard Jardin, faire du Camera un lieu magique

Après avoir étudié le Talmud pendant plusieurs années, le docteur Toledano a ouvert les portes de la Kabbale. Or, qui dit Kabbale pense lettres et chiffres dans ce qu'ils ont de plus ésotérique, de plus caché. Ce qui le conduit immanquablement à la guématria.

Je suis désolé de ne pouvoir être avec vous, mais sachez que je suis présent en pensée. Je suis honoré de recevoir un prix aussi prestigieux. Etre récompensé par le Prix Nobel de littérature est une chose que jamais je n’aurais imaginée, ou même envisagée.

Nicole Elgrissy raconte comment Marocaine, juive de confession, elle a refusé l'exode et préféré continuer de vivre au Maroc. Elle explique de ce fait la relation particulière, fruit d’une histoire séculaire qu’entretiennent les juifs marocains avec leur pays.

Eric est parti pour Fès, mettre ses pas dans ceux de Moshé-Moïse le Fassi, devenu Maurice le Français, reconstituer l'enfance et la jeunesse de cet homme qui, repoussé par "sa belle-famille" catholique de Bordeaux, n'éleva pas son fils. 

Il me fait plaisir de présenter Bob Oré Abitbol, auteur de Café Prag, un merveilleux et émouvant récit qui évoque une vie qui n’existe plus, celle des Juifs du Maroc et plus précisément de Casablanca, une existence qui donnera lieu à de multiples diasporas en Israel, aux Etats-Unis, en France, au Canada—et pour Bob Oré Abitbol c’est le Café Prag sur la rue Bishop à Montréal 

Le 8 novembre 2016, le prix « Prix André Chouraqui du judaïsme africain », conçu par la Fédération des Juifs Noirs (FNJ), a été attribué à notre adhérente Tania Heidsieck pour son ouvrage « Au Nom du Père et des Fils », publié aux Éditions Erick Bonnier en avril 2016 (se reporter à la rubrique Lectures). 

C'était une belle matinée de dimanche, jour férié au Maroc des années 1950, alors que le protectorat français tirait à sa fin. Les rayons de soleil étaient déjà très chauds en ces premières heures d’un jour de printemps précoce. 

A travers cinq études percutantes, il nous montre à quel point la faute et la transgression sont omniprésentes dans le monde musulman contemporain. 

Né en 1943 au Maroc, Michel Abitbol a fait une carrière universitaire en Israël. Il a dirigé l'Institut Ben Zvi de Jérusalem de 1978 à 1981, puis de 1987 à 1994. 

Ce discours a été prononcé, selon la tradition, à l'Hôtel de Ville de Stockholm, à la fin du banquet qui clôturait les cérémonies de l'attribution des prix Nobel.

Conte philosophique, moral, spirituel, érotique : le lien millénaire avec la grande littérature arabe est évident, il porte en fait cet opus.

Une balade nostalgique dans l'histoire ancestrale de la capitale du Royaume, son évolution urbanistique et ses joyaux architecturaux. 

Il y a à peine quelque jours, j’ai buté contre un enfant qui pleurait, triste d’avoir été tant malmené, peu importe par qui et comment. J’ai accouru vers lui pour l’aider à surmonter sa douleur, et ses yeux pleins de larmes, me défièrent avec leur question surprenante.

Il ne se pardonne pas d'avoir méconnu la générosité de cette femme simple et dévouée. Le vieil homme retrouve son enfance et les émotions liées à l'amour de cette femme.

Voilà Josef, tendre, hérissé, traduisant ses émotions par des rires, des rugissements ou des jurons, comme si les piments si forts qu’il avait l’habitude de croquer, entrecoupés d’eau de vie ressortaient de sa bouche en mots enflammés.

 «J'avais à cœur de faire connaître les multiples richesses et facettes du Maroc», déclare Nina Banon, l'auteure de l'ouvrage. Une volonté qui s'accompagne aussi et surtout d'une ambition d'historienne, puisque Nina Banon a souhaité à travers ce guide faire découvrir le véritable legs de la communauté juive au Maroc et rappeler la présence millénaire des juifs au Maroc, dont les apports culturels et patrimoniaux sont incontestables pour le Royaume.

Une histoire de frères.. ennemis ? pas si sur.... a lire et a mediter ...

Enorme surprise ! Bob Dylan, l’auteur-compositeur-interprète qui a traversé la musique populaire de la seconde moitié du XXè siècle, vient d’être récompensé par le prix Nobel de littérature.

En moins de trente ans, la communauté juive la plus nombreuse du Maghreb s'est disloquée à la suite de l'émigration de la presque totalité de ses membres. Le départ de ces trois cent mille personnes du Maroc est d'autant plus frappant qu'aucune répression ouverte ne les a obligées à partir.

Behold, a singular structure soars above the banks of the Oum er-Rbia, Mother of Spring River, within the ramparts of the 16thcentury medina of Azemmour — Dar Zitoun, erstwhile “House of the Pasha.” Into her late father’s painstakingly restored riad, Moorish mansion, the author of Mint Tea and Minarets, an expert on Moroccan cuisine and heir to the property, warmly coaxes you.

Contenu Correspondant