Share |

Histoire

Dans al-Andalus, les personnes n’avaient de valeur et n’étaient des sujets de droit qu’en tant que membres d’une communauté et non pas en tant qu’individus. La pierre de touche était évidemment les mariages mixtes. Il était impossible pour une musulmane de se marier avec un chrétien ou un juif, et il était même difficile pour une femme « arabe  d’origine » de se marier avec un muladi

Le 4 juin 1917, quelques mois avant la déclaration Balfour, Jules Cambon, alors Secrétaire général du Quai d'Orsay, signe une lettre qui soutenait publiquement l’établissement d’un foyer national juif en Palestine.

Arrivés au Ier siècle comme esclaves à la suite des armées romaines, après la chute de Jérusalem, les Juifs sont affranchis en l'an 212 par l'empereur Caracalla. Au IVème siècle, les Wisigoths envahissent la région.

Lors de la 1ère Guerre mondiale, les Britanniques étaient opposés à l’empire ottoman, allié des Allemands. Face aux Turcs, l’Armée britannique avait subi 4 défaites sanglantes et humiliantes successives

La présence d'établissements juifs en Afrique du Nord est attestée dès le IIIe siècle avant l'ère commune. Ils sont enrichis par diverses vagues d'émigration, notamment à la suite de la destruction de Jérusalem par Titus en 70 et lors des diverses persécutions dans la péninsule ibérique.

A l’initiative de l'Espace Francophone d'Ashdod, l'agence de communication easyCom et le magazine francophone israélien Meteorlemag ont produit ce clip qui présente différents olims hadashim d'Ashdod avec également des archives de 1961.

Sous-dhimmis, traités comme les femmes, victimes de pogromes, alors qu'ils fournissent médecins, avocats, rattrapés par l'antisémitisme nazi au sortir de la deuxième guerre mondiale, les Juifs sont expulsés sans Avis

Israélites, nation unique que les conquêtes et la tyrannie ont pu, pendant des milliers d'années, priver de leur terre ancestrale, mais ni de leur nom, ni de leur existence nationale ! 

David Ben Gourion parle à bâtons rompus dans un entretien récemment retrouvé dans les archives Steven Spielberg du film juif, à Jérusalem.

L'adoption enthousiaste de l'Arabe comme langue de culture («L'Arabe est aux langues ce que le printemps est aux saisons» devait écrire le grand maître de Babylone Saadia Gaon) et le déclin de l'Araméen favorisèrent, dans les conditions d'origine de la ville Fès, une remarquable renaissance de la langue hébraïque post-biblique.

La présence juive au Maroc est attestée dès le iie siècle av. J.-C., notamment à Volubilis à l'époque romaine, et y reste présente jusqu'au viie siècle ap. J.-C., renforcée par l'arrivée de migrants juifs d'Espagne ayant fui les persécutions wisigothes du viie siècle

Dans les années 1920, Joseph Staline a appelé à donner aux Juifs soviétiques leur propre patrie. La région autonome juive s'est cependant avérée un échec, en grande partie parce qu'elle était située dans l'une des zones les plus reculées de l’Extrême-Orient. 

L'empire Nord-Ouest-Africain de la France, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique occidentale française, etc., a 30 millions d'habitants ; il en aura, grâce à la paix, le double dans cinquante ans.  Si nous n'avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu'ils deviennent Français est qu'ils deviennent chrétiens.

Ce documentaire de 52 minutes témoigne du destin de nombreux juifs qui ont trouvé refuge sur l’île de beauté pendant le Seconde Guerre Mondiale.

Voici l’histoire de ces milliers d’individus qui ont fui leur maison, qui ont connu les camps de réfugiés et qui gardent aujourd’hui, en silence, la mémoire d’une civilisation détruite. Ce film raconte l’histoire et la destruction de ces communautés juives orientales, certaines d’entre elles ayant existé pendant plus de 2500 ans. 

Au VIIIe siècle, les conquérants arabes s'établissent en Espagne. Musulmans, Juifs et Chrétiens cohabitent alors pacifiquement dans la péninsule. Joseph Pérez remet pourtant en cause la vision traditionnelle et idéale de l'Espagne des trois religions : les souverains catholiques, pas plus que les émirs musulmans, n 'avaient renoncé à chasser de leurs terres l'infidèle.

Le président de la République Emile Loubet, suivant l'avis de son président du Conseil, Waldeck-Rousseau, gracie le 19 septembre 1899 Alfred Dreyfus, qui avait été condamné quelques jours auparavant à 10 ans de réclusion lors de la révision de son procès. Que s’est-il passé ?

Que reste-t-il de l’Andalousie ? Comment expliquer la fascination qu’exerce (encore aujourd’hui) cette partie du monde sur plusieurs millions d’Arabes et de musulmans, partout dans le monde ?

Montage d'archives évocant la carrière de Mehdi BEN BARKA depuis sa collaboration avec Allal El FASSI dans le parti de l'Istiqlal, puis la constitution de son propre parti (Union nationale des forces populaires) jusqu'à son opposition à Hassan II après la mort du roi Mohamed V. 

En l’espace d’une seule génération, le monde arabe s’est débarrassé de ses 900.000 Juifs. Aujourd’hui, il n’en reste pas plus que 5.000. Pourquoi sont-ils partis ? Telle est la question à laquelle l’historien Georges Bensoussan s’efforce de répondre.

Le Maroc, vers l'an mille avant JC devient, dans sa partie septentrionale, le lieu d'établissement de comptoirs phéniciens puis carthaginois. Rome sur-plante Carthage et fait du Nord du Maroc une province romaine. Au III ème siècle, celle-ci progressivement réduite à la frange côtière de la Méditerranée, est totalement christianisée.

Sidi Mohammed, ou Sidi Mohammed ben Youssef, né le 10 août 1909 à Fès et mort le 26 février 1961 à Rabat, est le sultan de l'Empire chérifien (1927-1957) et, à la suite de l'indépendance de l'État retrouvée en 1956, le roi du Maroc (1957-1961) sous le nom de Mohammed V.

La profonde ignorance dans laquelle vivait à cette époque la plus grande partie des Israélites de l'Orient et de l'Afrique avait fait sentir la nécessité urgente de les relever par l'instruction ; mais rien ne pouvait laisser prévoir que l'Alliance israélite deviendrait, moins de quarante ans après sa fondation, une des plus grandes oeuvres d'éducation populaire

Installés au Maroc depuis 2 000 ans, bien avant la conquête arabe, avec un  poids démographique considérable : plus de 250 000 Juifs y vivaient encore au milieu du siècle passé.

Contenu Correspondant