Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc

  

 

Ecrivez nous

 

 

| Lire les Commentaires | Ajouter un commentaire |


04/08/03

Pourriez vous s,v.p,m'envoyer une documentation sur la ville de Mazagan.

J'y suis ne en 1944 et habite aujourd'hui au Danemark.
Depuis mon depart de Mazagan je n'y suis jamais retourne.
En vous remerciant d'avance.
sam znaty

04/08/03

Réaction à l'article : ET POUR QUELQUES DOLLARS DE PLUS

Salut à tous,

Juste pour vous dire que nos parents ont vécu la même histoire il y a qq années : avec la propagande arabiste du gvnt « marocain », ils ont été impliqués dans le ramassage de fonds pour « aider leurs frères de Palestine » après la guerre des six jours. Le résultat c’est que, qq mois plus tard, on a vu des palestiniens (auparavant assistés) rouler avec des voitures chic et posséder des affaires. Je profite de cet excellent article pour, encore une fois, répéter ce que je dis depuis toujours.  

Il faudrait trouver la raisons pour laquelle une partie de nos impôts (moi je n’en paye plus – pour ces mêmes raisons - depuis belle lurette !) va chez Arafat et les organisations terroristes islamiques s’explique aussi par le choix des gvnt européens à faire des salamaleks à l’immigration constituée principalement par le Quart Monde Amazigh à qui ils caressent le poil dans le « bon » sens. Cette volonté de paraître « bien » est aussi motivée par le souci de fermer les yeux sur les mosquées d’Europe financées par les Saoudiens qui investissent ainsi dans le commerce juteux du pèlerinage à la Mecque ! Il y a aussi la pression de la Social Démocratie et les milieux « progressistes » (Oxfam en Belgique en est un ex) qui joue un rôle non négligeable. Je ne vois jamais, ni chez vous ni chez vos collègues, une explication holiste de la situation mais au contraire des bribes éparses des effets de l’Arabisme dans vos interprétations, du reste extrêmement intéressantes mais, à mon sens, trop locales.    

C’est quand même drôle que vous ne faites jamais le rapport entre ces différents aspects dans vos articles. Pourtant ce sont ces mêmes beurs (arabêtisés avec la complicité des autorités européennes) qui s’adonnent à des actes antisémites. Pour ne prendre qu’un exemple que tout le monde connaît, Moussaoui n’est-il pas un amazigh arabêtisé ?  

N’oubliez pas que l’AN (avec une très forte immigration ici) représente le centre de gravité du « Monde Arabe » (140 millions sur les 210) et que s’il arrivait à basculer (pour autant que les Imazighen amazighophones reprennent le contrôle de la situation), c’en est fini d’Arafat et des Assad etc.  

Tous mes encouragement pour votre travail !

Stan

PS : Pour apporter une solution (et à tout problème il y a toujours une !), il conviendrait de faire le bilan des forces et faiblesses basé sur la REALITE GLOBALE et une analyse objective et fine n’est pas un luxe ici, si on veut arriver à tuer le serpent dans l’oeuf.  

 Stan


04/08/03

NAMES NOT ON THE LIST

Assayag
Beldeb
Benchimol
Benoliel
Benquesus
Benzacar
Dadoun
Emsallem

GLORIA


04/08/03
 
Arafat : "Autoriser l'accès du Mont du Temple aux Juifs est un crime"
Par Khaled Abou Toameh


Le Président de l'Autorité palestinienne Yasser Arafat a vivement condamné pour la seconde fois en deux semaines les visites de Juifs sur le Mont du Temple, les qualifiant de "criminelles". [...]

S'exprimant devant un groupe d'enfants d'un camp de vacances, Arafat a déclaré "C'est un crime qui ne peut être ignoré. Les Juifs entrent déjà dans la mosquée d'Ibrahimi (Tombeau des Patriarches à Hébron)". [...]

Les sources ont ajouté qu'Arafat avait réprimandé des officiels du Waqf pour avoir donné feu vert à Israël dans l'organisation des visites.

Les dirigeants du Waqf ont tenu une réunion d'urgence mardi afin de discuter des répercussions des visites. Des sources proches du Waqf ont fait savoir que la rencontre avait été houleuse, des officiels ayant demandé que les portes du Mont du Temple soient fermées aux juifs. D'autres ont déclaré qu'il fallait conduire un dialogue avec les autorités israéliennes pour résorber la crise.

Mardi matin, certains des gardes du Waqf ont tenté de bloquer une des portes du Mont du Temple après l'entrée d'un groupe de Juifs sur l'esplanade, sous protection policière. Les gardes ont déclaré que certains Juifs tenaient ostensiblement des livres de prière.

Le Waqf considère ses visites comme "des tentatives par des extrémistes juifs d'assaillir la sainte mosquée Aqsa".

"Ce qui est arrivé aujourd'hui est une sérieuse provocation des sentiments des Musulmans", a affirmé Mohammed Hussein, le directeur de la Mosquée d'al-Aqsa. "Les autorités d'occupation sont les seuls responsables de ce qui pourrait advenir dans la mosquée. Nous avons averti la police israélienne dans le passé au sujet d'une décision unilatérale de permettre la tenue de telles visites".

L'agence d'information officielle de l'Autorité palestinienne, WAFA, a fait savoir que "les colons juifs" qui ont envahi la mosquée étaient équipés de cartes et effectuaient des mesures, "d'une manière suspecte", insinuant que les visiteurs se préparaient à détruire la mosquée pour la remplacer par une synagogue.

A l'occasion de la rencontre avec les participants de la colonie de vacances à Ramallah,
Arafat a exhorté les enfants à prendre l'exemple sur Fares Odeh, enfant de 13 ans de la bande de Gaza, photographié alors qu'il lançait des pierres sur un tank de Tsahal avant d'être tué.

"Je vous le dis, nous marcherons ensemble vers Jérusalem", a déclaré Arafat.
"Vous représentez la volonté et la détermination de ce peuple".   
       
    ©  Jerusalem Post édition française

04/08/03
  
Bien à Vous
 
5 pour ce futur forum, et longue vie à votre site, qui sent si bon (rire) le thé à la menthe !

 

 Un Juif de France, né à Casablanca au Maroc

 

Shabbat Shalom
 
KNAFO JJC
TOULON
FRANCE
04/08/03

Je fais partie de la generation qui a frequente le Lycee Lyautey, a Casablanca, Maroc, pendent les annees 1956-1960.

J'aimerais bien avoir des nouvelles de Juifs Marocains qui ont frequentes ce Lycee a la meme epoque.
J'habite aux Etats Unis depuis 1962.
Pierre Mouyal

04/08/03
Bravo pour votre site trés interessant.
JE VOUS ECRIS POUR VOUS DEMANDER SI VOUS AVEZ DES
DONNEES SUR LES JUIFS DU SUD DU MAROC ET PLUS
EXACTEMENT DE L'ANTI ATLAS. EN EFFET J'AI APPRIS QUE
LA  TRIBU IDDAW MARTINI EST D'ORIGINE JUIVE .CETTE
TRIBU SE TROUVE PRES D'IGHREM AU SUD DE TAROUDANT ET
J'APPARTIENT A CETTE TRIBU.MERCI DE VOTRE
COLLABORATION ET BONNE CONTINUATION.
Hassan

04/08/03

SOBRE NOMBRE DE MAZAGAN

DISTINGUIDOS SRES.:

 
ME LLAMO JULIO IZQUIERDO Y SOY HISTORIADOR.
VIVO EN PALOS DE LA FRONTERA, JUNTO A UNA PLAYA LLAMADA MAZAGÓN.
POR FAVOR, PUEDEN DECIRME CUAL ES EL ORIGEN DEL NOMBRE "MAZAGAN" ?
MUCHAS GRACIAS Y UN CORDIAL SALUDO
JULIO IZQUIERDO LABRADO
 

04/08/03 

Panache noir et sang séché ! (info # 012707/3) [analyse]

Par Gérard Huber, correspondant permanent à Paris © Metula News Agency

« Même si l’acte est barbare, nous osons prendre pour exemple la détermination de ces kamikazes palestiniens qui vont jusqu’au bout de leurs convictions. Alors, Monsieur Colonna, si vous avez agi avec des convictions politiques, défendez-vous en les affichant. Ayez un peu d’honneur ! Sinon vous avez agi comme un voyou. Encore que beaucoup de voyous ont de l’honneur. A moins que vous ne soyez tout simplement qu’un lâche » !

 

Cette doléance d’un lecteur de La République du Centre (19/7/03) qui magnifie le terrorisme palestinien au moment où il exige d’un homme mis en examen pour l’assassinat du Préfet Erignac qu’il sorte de son « ni ni » (ni voyou ni terroriste), révèle clairement que l’homme de la rue considère désormais la manipulation politique du suicide comme quelque chose qui va de soi.

 

La fin justifierait les moyens. La cause gagnerait même ses galons d’authenticité à obtenir de ses combattants qu’ils fassent le pas décisif de se donner la mort et non plus seulement de la risquer, pour la faire triompher.

 

Les combattants de la liberté seraient libres de choisir leurs armes. Seul compterait le fait qu’ils combattent à visage découvert. Le panache –noir- des combattants palestiniens serait de revendiquer haut et fort le suicide comme le droit d’un peuple à disposer de lui-même.

 

Serait-ce à cette motivation que nous devons le profond silence des intellectuels et journalistes d’occident qui entoure le bras de fer que Mahmoud Abbas a entrepris avec le Hamas, le Djihad islamique, les Tanzim et la Brigade des Martyrs d’El-Aqsa ?

 

La fascination pour la mise en spectacle du suicide d’un peuple est-elle à ce point violente qu’elle jette la fine fleur de l’intelligentsia dans l’interdit des mots ? Celle-ci veut-elle à ce point savoir jusqu’où le suicide peut aller (jusqu’à « l’autogénocide » ?) qu’elle demeure coite devant la pulsion de vie que l’actuel Premier ministre palestinien tente de greffer sur les pulsions de meurtre qui se sont déchaînées depuis septembre 2000 ?

 

Il y a, en effet, tout lieu d’interpréter ce silence que dénonce mon collègue Sami comme le refus de ces mêmes intellectuels de faire le deuil de leur idéalisation du terrorisme en général, des attentats-suicides en particulier.

 

Tout commence le 15 octobre 1972, lorsque, dans La Cause du Peuple, Jean-Paul Sartre écrit un A propos de Munich qui donne au terrorisme palestinien ses lettres de noblesse. « Je trouve parfaitement scandaleux que l’attentat de Munich (massacre de onze athlètes israéliens) soit jugé par la presse française et une partie de l’opinion comme un scandale intolérable ». Les Palestiniens, poursuit-il, ne disposent que de la seule arme du terrorisme. Ils ne peuvent montrer « leur courage et la force de leur haine qu’en organisant des attentats mortels ». Ces attentats sont légitimes, conclut-il, et « les Français qui ont approuvé le terrorisme du FLN quand il s’exerçait contre des Français ne sauraient qu’approuver à son tour l’action terroriste des Palestiniens ». C’est une arme terrible, mais « les opprimés n’en ont pas d’autres ».

 

Pour Sartre, apôtre de l’anti-humanisme, le terrorisme n’est pas une barbarie, mais un antihumanisme contraint à visage de « pauvre », là où l’occupation colonialiste est un anti-humanisme désiré à visage de « riche ».

 

Seuls les riches pourraient devenir humanistes, s’ils le voulaient. Les pauvres, eux, ne le pourraient pas. Les riches peuvent limiter l’expression de leur haine, les pauvres ont besoin de l’exprimer. Les riches peuvent ne pas s’identifier à leur haine. Les pauvres n’ont que la haine pour marquer leur identité.

 

Moment qui voit Sartre renouer avec la grande illusion chrétienne qui justifie la haine au nom de l’amour. Moment de la conscience occidentale qui transfère le martyr chrétien vers le nationalisme musulman.

 

Et vient aujourd’hui le pas de plus : le suicide comme identité du pauvre. On ne peut affirmer que Sartre ne l’avait pas anticipé. Car le suicide habitait déjà le cœur de l’attentat de Munich.

 

Comme s’il fallait en passer par là pour réinventer une origine non juive de la conscience occidentale.

Sartre ayant su montrer, à la fin de sa vie, que cette dérive ne lui avait pas échappé, il me paraît d’ailleurs vain de se lancer dans une inutile réhabilitation, comme Bernard-Henri Lévy s’y emploie dans son livre Le Siècle de Sartre (1999).

 

Il me paraît plus important de révéler ces nouveaux enjeux, à une époque où d’autres intellectuels, notamment en France, ferment les yeux sur la nouvelle problématique schizophrénique du terrorisme palestinien.

 

C’est ainsi que, le 26 avril 2002, des intellectuels français, parmi lesquels le philosophe Etienne Balibar, le psychanalyste Fathi Benslama, feu le sociologue Pierre Bourdieu, la juriste Monique Chemilier-Gendreau, l’écrivain Régis Debray, le philosophe Jacques Derrida, le philosophe Jean-Luc Nancy et le sociologue Edgar Morin signent la pétition (http://mbarghouti.chez.tiscali.fr/htfr/signataires.html) du Comité international pour la libération de Marwan Barghouti, arrêté peu avant, au prétexte

 

1.         Que celui-ci a déclaré à plusieurs reprises : « Je continue de rechercher une coexistence pacifique entre les deux pays égaux et indépendants d’Israël et de Palestine, basée sur le retrait total des territoires palestiniens occupés en 1967 et un règlement juste des souffrances des réfugiés palestiniens, conformément aux résolutions de l’ONU. Je ne cherche pas à détruire Israël mais seulement à mettre fin à l’occupation de mon pays »,

 

2.         Qu’il est détenu arbitrairement et qu’Israël commet des « infractions graves au regard du droit international humanitaire et en particulier de la IVème Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, l’article 3 commun aux quatre Conventions de Genève, des Conventions internationales de protection des droits de l’homme, notamment les articles 9 et 11-2 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Convention contre la torture, l’article 37-b de la Convention relative aux droits de l’enfant, l’article 6 de la Convention internationale sur l’élimination de toutes formes de discrimination raciales, les articles 5 et 6-1 de la Convention européenne des droits de l’homme, les articles 9-1 et 10-1 du P.I.D.C.P (Pacte international relatif aux droits civils et politiques), et presque toutes les résolutions de l’ONU.

 

3.         Que le gouvernement israélien viole les droits de l’homme et le droit humanitaire, appelant de la sorte Israël à libérer immédiatement Marwan Barghouti ainsi que tous les détenus palestiniens, notamment les mineurs, de mettre fin aux arrestations illégales des Palestiniens, et de reprendre immédiatement les négociations de paix, car la paix ne pourra être trouvée sans la fin de l’occupation israélienne.

 

4.         Que la détention de Marwan Barghouti ne vise pas seulement une personne mais aussi à décapiter la résistance de tout un peuple.

 

Un peu plus d’un an plus tard, que reste-t-il de cet Appel ? Le Premier ministre, Mahmoud Abbas, Secrétaire Général de l’OLP, ouvre, en effet, une nouvelle voie (un autre bras de fer avec Israël) pour que les Palestiniens puissent enfin disposer de leur Etat, sans pour autant faire de la libération de Marwan Barghouti la condition sine qua non d’un accord politique entre Israël et la Palestine.

 

Qu’est-ce que cela veut dire, sinon qu’aujourd’hui se révèlent la rupture schizophrénique d’une certaine lutte palestinienne et l’immense effort qu’Abbas doit produire, au nom même de la dignité de son peuple et contre les injustices commises par Israël, pour combler le gouffre qui sépare désormais les deux rives de vie et de mort de cette même lutte sur le terrain, mais aussi et surtout dans les esprits d’Orient et d’Occident.


04/08/03

Bonjour 

Je suis une sociologue de formation,un auteur de vocation et une universaliste de sensations.
Je suis a mon 4eme livre.
Le premier est un recueil de textes sur la vie au Maroc: Lis tes ratures.
Le deuxieme est l'histoire de 14 femmes marocaines sur 3 generations: Lalla Khalti ou la vie au feminin.


 

        

France

Israel

USA

Canada

© 2002 Harissa, Inc. All rights reserved.

 

 

 welcome 

 DAFINA 

Repas traditionel du chabbat, ce mets a base de ble, pois chiches et viande etait cuit toute la nuit dans un four ferme a basse temperature. Le mot vient de l'Arabe dafina/adafina qui veut dire "couvert, etouffe".

 

 


Cherchez dafina